L’évolution des décorations
Au fur et à mesure de ses 500 ans d’histoire, le sapin de Noël a connu une évolution dans sa décoration.
Au début du 16e siècle, le sapin de Noël était simplement décoré de pommes rouges. Puis au pommes rouges, rappelant le pêché originel d’Adam et Eve, ce sont ajoutés des hosties non consacrées, les oublies, figurant la rédemption apportée par le sacrifice de Jésus.
Au 17e, le décor du sapin évolue avec l’ajout de fleurs en papier faisant allusion à un verset d’Isaïe : « Un rameau sortira de la racine de Jessé, et une fleur poussera de sa racine, et sur elle reposera l’esprit du Seigneur, esprit de sagesse et d’intelligence, esprit de conseil et de force, esprit de connaissance et de piété, et l’esprit de crainte du Seigneur la remplira. ». Cette tradition se réfère à un chant allemand du 16ème siècle « Es ist ein Ros entsprungen » où il est dit :

D’un arbre séculaire,
Du vieux tronc d’Isaï,
Durant l’hiver austère,
Un frais rameau jaillit ;
Et sur le sol durci,
Dans la nuit calme et claire,
Une rose a fleuri.

Au 18e siècle, de nouvelles décorations, dites de traditions populaires, sans rapport avec la religion font leur apparition comme des lames de métal afin de donner un côté brillant à l’arbre de Noël Entre le 18e et le 19e siécle, des friandises apparaissent sur le sapin pour le plaisir des enfants en replaçant les oublis comme des noix fourrées, du pain d’épice, des sucreries…
Fin 19e, le sapin devient de plus en plus clinquant, avec l’ajout d’anges en métal doré, d’étoiles en paille, de pomme de pin dorés, de cheveux d’anges, de guirlandes. Les bougies se généralisent sur le sapin.
En 1858, la boule de Noël en verre fait son apparition afin de suggérer les pommes, absentes cette année là du fait d’un sécheresse.
Au début du 20e siècle, les bougies sont remplacées par des ampoules électriques Les divers éléments servant à son ornementation d’abord conçus à la maison, sont de plus en plus produits industriellement.
Le sapin de Noël artificiel fait son apparition.