L’Histoire du sapin de Noël


L’usage de branchages toujours verts pour décorer les maisons lors des célébrations hivernales remonte à des temps très anciens. C’est au septième siècle que cet usage païen a été intégré aux fêtes chrétiennes.

Au 11e siècle, on présentait des scènes appelées Mystères, dont celle du Paradis fort populaire durant l’Avent. Garni de pommes rouges, un sapin symbolisait alors l’arbre du Paradis.
En Europe, les premières traces écrites d’une décoration d’arbres de Noël remonte à 1510 en Lettonie, où une guilde de marchands a décoré un arbre de fleurs séchées, de rubans… avant de le faire brûler solennellement sur la place du village.
Le 1er arbre de Noël tel que nous le connaissons, mais sans lumière encore, serait apparu en Alsace. En effet, on retrouve sur les livres de comptes de la ville de Sélestat, la première trace écrite de ventes de sapins de Noël en 1521.

Cet usage se développa surtout chez les protestants, à l’époque de la réforme, qui ne voulaient pas représenter la nativité comme les catholiques par une crèche. Progressivement, cette tradition s’est répandue dans l’Europe protestante, en Allemagne et en Scandinavie.
En France, l’arbre de Noël fut introduit à Versailles, en 1738, par Marie Leszcynska, femme de Louis XV, d’origine polonaise. En Grande Bretagne, l’époux de la Reine Victoria, le Prince Albert d’origine allemande fit dresser un sapin de Noël au château de Windsor en 1841. De la cour, la mode du sapin de Noël se répandit rapidement dans la bourgeoisie, puis chez les gens du peuple.

Pour plus d’informations sur les traditions de Noël en France :
www.culture.gouv.fr/culture/noel/franc/noel.htm