Sapins de Noël et environnement

Acheter un sapin de Noël naturel est un acte « vert », contrairement à certaines idées reçues, les sapins de Noël sont issus de plantations spécifiques et ne sont donc pas coupés en forêt. Acheter un sapin de Noël naturel, ce n’est donc pas participer au déboisement.

On entend aussi parfois dire qu’acheter un sapin de Noël naturel, c’est encourager l’enrésinement des massifs et participer à l’acidification des sols. Rien n’est plus faux, la culture du sapin de Noël est une culture agricole et n’a rien à voir avec les problématiques forestières. De plus, une plantation de sapins de Noël est au maximum en place pour 10 ans, la litière (branches mortes, aiguilles) responsable de l’acidification n’a donc pas le temps de se former. Enfin entre deux rotations de sapins de Noël, beaucoup de producteurs réalisent une interculture, céréales ou engrais verts qui fertilisent le sol.
Produits en France par des agriculteurs, les sapins de Noël poussent sur une superficie estimée à plus de 5 000 hectares. Une fois arrivés à maturités, ils ont sélectionnés, étiquetés, coupés puis conditionnés pour rejoindre la distribution.
Quant aux sapins de Noël artificiels fabriqués à partir de produits dérivés du pétrole, ils exploitent des ressources non renouvelables et occasionnent des émissions de gaz à effets de serre. Remplacés en moyenne tous les six ans, ils ne sont pas biodégradables et restent difficiles à recycler.
A l’inverse du sapin artificiel qui nécessite, au cours de sa fabrication, des produits d’origine pétrolière, le sapin naturel respecte l’environnement. Pour comparer l’impact environnemental d’un sapin naturel et d’un sapin artificiel, la société canadienne Ellipsos a analysé leur cycle de vie. Les conclusions de cette étude montrent que « l’arbre artificiel dont la durée de vie moyenne est de 6 ans, contribuerait trois fois plus aux changements climatiques et à l’épuisement des ressources que l’arbre naturel. Les impacts négatifs du sapin artificiel sur le changement climatique se produisent essentiellement à l’étape de sa production. Réutilisable pendant plusieurs années, il faudrait toutefois le conserver 20 ans pour que son impact sur la planète soit plus favorable que le naturel.